Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-07-22T23:02:00+02:00

L'HIBISCUS POURPRE - NGOZIE Adichie

Publié par

A propos du livre

 

Kambili est une adolescente vivant dans le silence d’une prison dorée uniquement rythmé par les prières, les repas et les emplois du temps distribués par le père fondamentaliste catholique.

La famille se compose d’un frère, Jaja, qui lui « parle avec les yeux », d’une mère soumise et effacée et d’un père adulé dont elle guette avec angoisse le moindre sourire. Mais aussi un père craint dont l’amour pour sa famille n’a d'égal que la perversité avec laquelle il emploie sa foi catholique pour torturer et soumettre les siens.

Point donc de place pour la frivolité dans sa vie.

 

Kambili, jeune fille torturée et silencieuse, classe à l’exemple de son père le monde en « péché » et « pas péché ». L’intrusion forcée d’une tante pleine de vie et de ses enfants pleins de rire, la fera basculer dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Dès lors, l’éveil à la vie, l’émancipation craintive et tragique de l’emprise du père que vivront ces êtres est inéluctale.

 

L’expression de la 1ere rebellion viendra non pas comme on s’y serait attendu de la narratrice, mais de son frère, entrainant une chaîne de réactions imprévues qui nous mène vers le dénouement du roman.

 

 

L’avis de J’aime la litterature 

 I am so jaleous !!!!

 

Réussir à écrire un 1er roman qui vous emporte et vous fascine autant à même pas 25 ans, il y’a de quoi être jalouse en effet.

 

Je n’ai pas lu Lolita de Nabokov mais j’imagine qu’il y’avait dans ce livre la même sensualité diffuse que j’ai ressentie dans « L’hibiscus pourpre ». Entendons-nous, le roman  de Ngozie Adicchie n’a rien de scandaleux, loin de là, mais la troublante évocation de l’éveil à la vie et à l’amour de ces adolescents enchaînés par le père dans le Nigéria de la fin du 20ème, est d’autant plus savoureuse que l’on sait que le désir sous-jacent ne sera jamais consommé, ni même clairement nommé.

On attend avec impatience le1er rire de Jaja, la 1ere parole de Kambili, la 1ère révolte de la mère. Avec horreur et fascination la prochaine tentative du père de soumettre sa sœur, sa prochaine invention pour punir les faiblesses du frère et de sa sœur.

 

Vous l’aurez compris j’ai aimé ce bouquin.

L’atmosphère installée par l’auteur permet de ressentir parfaitement l’opposition entre la pesanteur de la maison  familiale et la vie bouillonante du quartier universitaire où habite la tante.

ET cette sensualité qui surgit quand on s’y attend le moins et nous tient presque en haleine autour du 1er amour de Kambili. Concluera ? Concluera pas ?

La réponse est évidente mais n’empêche, elle arrive trop vite. Le roman se termine trop vite et me laisse un gout d’inachevé ; comme si malgré ses 410 pages, Ngozie Adicchie aurait encore pu nous entrainer sur une centaine supplémentaire.

 

Quand je vous dis que je suis jalouse de cette fille !!!

 

 

 

 

T. G

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog