Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-04-29T22:12:00+02:00

LES BOUTS DE BOIS DE DIEU - Sembene Ousmane

Publié par

 

 

"Les bouts de Bois de Dieu" raconte la grève des employés africains de la ligne de train Dakar –Niger pour obtenir les mêmes droits que les français de la compagnie. Les employés réussissent à coordonner la grève sur 2 pays : le Sénégal et le Soudan (future fédération du Mali donc bien different du Soudan actuel).

 

Le livre se résume en deux phrases mais cela ne rend pas justice à sa densité, à tous les sentiments qui nous saisissent, aux lieux que l’on voit comme si on y était. La grève est le sujet principal, le fil rouge du livre mais aussi le prétexte à une peinture des relations sociales et de travail, entre voisins, amoureuses, matrimoniales ou filiales dans ce contexte.

 

 

Le recit  se concentre sur les 3 villes qui sont le centre de la grève, lieu de vie des familles, sièges locaux des syndicats d’ouvriers. Dans chacune d’elles des dizaines de personnages vivent la grève, qui en observateurs dubitatifs ou fascinés, qui en acteurs décisionnaires. Partout on voit l’impact que cette grève, nouvelle en son genre, et à laquelle personne ne croyait, sur les rapports sociaux ou hommes –femmes dans les petites sociétés de Dakar,  Thiès ou Bamako.

 

Dakar est la ville « moderne », on y etrouve le grand Serigne et les institutions principales de l’Afrique Occidentale Française.Le seul endroit du roman où se deroule une scène pouvant dans le contexte être qualifiée de comique. Si négociation il y’a elle doit avoir lieu là.

 

Thiès est le centre de la régie des chemins de fer et logiquement aussi celui de la grève; tout le monde des riches aux mendiants y vit du chemin de fer. C’est sans doute pourquoi la plupart des personnages rencontrés s’y trouvent ou s’y retrouvent. C’est aussi  de là que les femmes prenant la tête de la fronde d’une façon à la quelle personne y compris les cheminots instigateurs n’aurait pensé, en inversent en quelque sorte le cours.

 

Bamako, où la grève est née. Elle est la ville de d’Ibrahima Bakayoko, enemmi n° 1 des colons dans leur combat contre les « grands enfants » que sont les indigènes. Sur la grève et tous ses protagonistes plane la figure mystérieuse, atttendue, quasi-messianique de  Bakayoko. L’âme de la grève surlaquelle tous s’appuient, résistent, sans jamais savoir où ni si elle apparaitra. Et pourtant il n’est pourtant qu’un des multiples personnages du récit qui font le roman,  et grâce à qui peu à peu les cheminots du Dakar Niger s’acheminent (si si sans mauvais jeu de mots) vers la victoire.

   

 

 

L’avis de J’aime la littérature Africaine

   

J’ai longtemps résisté avant de me décider à ouvrir "Les bouts de bois de Dieu".

peut-être le titre trop lourd? Ca m’avait toujours évoqué plein de billes de bois flottant sur une rivière.

 Bien que n’ayant rien lu ni vu de lui, Sembène Ousmane est devenu pour moi une espèce de légende intellectuelle d’Afrique de l’Ouest. Au même titre que Hampâté Bâ. Finalement une collègue me l'a conseillé au détour d'une conversation animée sur les syndicats. Et le voilà...je me suis décidé à le lire non ?

   

Au final, je suis contente d’avoir attendu l’âge adulte pour aborder ce livre et saisir ainsi toutes les implications, la densité, toutes les « entre-lignes » que compte l’ouvrage. Ce n’est pas seulement un combat des bons (les cheminots noirs en grève) contre les méchants (les colons blancs). C’est le récit d’un monde qui change, de peuples qui peu à peu apprennent à s’unir contre l’oppresseur commun ; peut-être  même faut-il y lire les prémices des luttes anticoloniales.

Le récit en tout cas d’un combat pour la dignité.

 

Ce récit est passionnant malgré le style un peu viellot de l’écriture. Le choix de narration, scènes courtes suivant à chaque fois un personnage dans une ville précise, y est sans doute pour beaucoup. C’est presque du théatre, ou un film se déroulant devant nous.

 

C’est la première fois que je croise autant de personnges secondaires importants dans un roman aussi court (379 pages pour dire 5 mois de grêve), des bons comme des mauvais même si le livre n'est pas manichéen.

 

Chaque camp a ses excités, ses réticents, ses agitateurs, ses égocentriques, ses traîtres.

 

 Et  que dire des femmes ? Très peu présentes dans les personnages européens, elles sont sur le devant de la scène dans les familles des cheminots, mises en lumière, célébrées. De mères de famille attentistes et obéissantes, elles se découvrent fortes, fonceuses, opiniatres et décidées à ce que leurs maris n’abandonnent pas la grève. De prostituées méprisées par leur commnunauté, elles deviennent des pivots de la grève obéies et respectées des autres. Pour elles aussi cette grève changera les choses.

 

C’est donc un vibrant hommage à ces hommes et ces femmes qui bien avant Internet, ont coordonnée une action internationale contre une machine qui possédait pour elle le pouvoir et l’argent. "Les bouts de bois de Dieu "  m’ont touchée J’en ai tourné les pages l’une après l’autre sans avoir envie de m’arreter, pour toutes les résonnances, toutes ces histoires personnelles ou entendues, qu’il évoquait en moi

 

63 ans plus tard malgré le style vieillissant, ce livre ets toujours actuel. Pas seulement pour l’Afrique, car les espoirs contenus dans ce livre ont pour beaucoup été déçus, mais aussi partout dans le monde aujourd’hui.

 

 

 

T G

 

Voir les commentaires

commentaires

amelie 20/10/2015 15:45

salut si il y-a quelqu'un qui peut m'offrir ce livre en PDF je lui serais reconnaissable

afrolitt 01/11/2015 00:01

Bonjour, Je ne sais pas s'il y a quelqu'un qui peut vous l'offrir mais le but c'est aussi que les lecteurs achtètenet les livres ou aillent voir les bibliothèse (de l'école, du quartier) pour que celles-ci les commandent....

romain kouchoro 21/03/2014 17:17

J'apprécie le caractère intemporel de cette oeuvre : son universalité du point de vue thématique.

afrolitt 24/02/2015 22:10

N'hésitez pas à lire / commenter les autres livres présentés ici. Cela me donnera notamment un "coup de fouet" pour redynamiser le blog. Merci !!!!

romain kouchoro 24/02/2015 11:25

Je vous en prie.

afrolitt 25/03/2014 22:25



Je comprends...et je pense aussi que ça a contribué à ce que cette histoire me touche autant. Ca et le fait de savoir que c'est basé sur une histoire vraie...Merci de votre commentaire !



Frédéric Schmalzbauer 27/11/2012 18:20

63 ans plus tard… D’abord j’aime des livres même du 19eme siècle. Zola, Sembene l’a lu après son propre roman, est comme-même littérature de « son temps » et également actuelle (vu les combats
autour de la désindustrialisation actuelle). Le style me semble indissociable de la vie d’Ousmane Sembene : Autodidacte, il apprend à un âge où la bourgeoisie de la littérature se rencontre déjà
dans les salons. En plus, il est Africain. Il faut lire la presse de Dakar où écouter des discours télévisés. Non seulement pour s’amuser, mais aussi pour comprendre ce mélange entre l’Europe
française et l’Afrique. Son problème : Il a compris, que ses compatriotes ne lisent pas grande chose. Alors il a commencé à tourner des films. Par contre, nous travaillons sur un projet de mettre
son récit de 1947 en BD. Avec, bien sur, une touche d’actualité. F. Sch

Romain KOUCHORO 21/07/2015 23:11

Je vous en prie.

Touko 20/02/2014 21:59



Bonjour


Heureuse de voir votre commentaire ..même 2 ans plus tard ou peu s'en faut. 


J'essaie de me remotiver pour redynamiser mon petit blog...Alors j'attends avec impatience votre BD...


 



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog