Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2010-07-26T21:05:00+02:00

RIWAN OU LE CHEMIN DE SABLE - Ken Bugul

Publié par

 

A ce qu’il parait, on ne peut pas tout aimer et consacrer un blog sur la littérature uniquement à nos coups de cœur.

Il faut aussi pouvoir parler de ce sur quoi on n’a pas craqué. Ce pour lequel il n’y a ni admiration, ni plongée avide dans l’histoire, ni extase pour le style.

 

Je suis désolée d’écrire ces lignes mais le livre que j’ai sous la main est le 1er à entrer dans la catégorie des « Je n’ai pas aimé et c’est aussi simple que cela ».   J’ai réussi à lire  Riwan ou le chemin de sable jusqu’à la dernière page et son auteur me  le doit bien, ça !

 

Riwan ou le chemin de sable est une autobigraphie (romancée ou non) de l’auteur, une jeune femme moderne et cultivée qui revient dans sa région du Sénégal après des années dans divers pays d’"Occident", où elle a  vécu notamment toutes sortes d’expériences amoureuses.

Alors même qu’on s’attendrait à la voir s’investir dans un mouvement féministe ou au moins féminin, elle se prend très vite d’amitié pour le Sérigne (guide religieux) local et passe ses après midi à ses genoux, à discuter sans tabous de sujets divers.

Il représente pourtant tout ce qu’elle n’est pas ou ccroit ne pas être : l’ "analphabetisme" (le Serigne et son entourage ne lisent pas le français), la tradition, les épouses de tous âges, les serviteurs dévoués jusqu’à la mort.

 

Pourtant, quand il décide de l’épouser, elle accepte et se surprend à attendre avec impatience la nuit de noces. Elle raconte alors la vie isolée mais vivante des femmes du harem. La condition des femmes tout court. Ce monde dur et cruel au premier abord pour les femmes est celui dans lequel elle s’épanouira et trouvera la sérénité qu ne lui a pas donné sa vie dans le monde moderne. Paradoxe qu’elle ne cesse de souligner tout au long du roman en répétant combien ses principes de femme moderne sont vains face au bonheur particulier de ces femmes qui devraient pourtant lui être inférieures du fait même de la vie qu’elles mènent, toute dediée au Sérigne. A travers une des épouses, elle dit aussi l’impossibilité de sortir de cette vie une fois qu’on y est entrée. Impossibilité qui ne peut être levée que par la mort du Sérigne, et la fin du roman.

 

 

Avis de J’aime la littérature :

 

Le pitch du livre est plus que séduisant ; il a d’ailleurs eu quelques prix littéraires, notamment le Gand Prix de l’Afrique Noire 1999. On est donc impatient de découvrir la polygamie vue par cette femme que rien n’aurait préparée à cela. Mais cela est si mal racontée que jamais on ne rentre dans l’histoire, perdu par les effets de style de Ken Bugul.

J’ai trouvé que le livre manquait d’action, de tension, de sensulaité et d’érotisme. Pourtant il s’en passe des choses dans le roman, y’en a du sexe; on en parle et on le montre presque.

Toute cette matière aurait pu être une explosion d’émotions, de sensations, nous mettre la boule au ventre mais non, la faute au style de la narration je crois. Ca commence très bien, ça dure …Dix lignes et puis disgression !, elle se prend pour Rimbaud (j’exagère) et aligne les vers. Cela tombe mal,  je suis hermétique à beaucoup de choses dont la poésie malgré tous mes efforts.

Et puis on rencontre Riwan, le personnage qui donne son nom au roman. Enfi va-t-il se passer quelque chose ? Et bien non, Riwan est-ce le moyen de donner un nom autre que « Ma vie chez le Serigne » ?

 

Quel soulagement quand enfin la dernière page arrive et que le roman nous tombe des mains !

 

Désolée Mrs Ken Bugul…Malgré mon admiration folle pour les romanciers, je n’y suis pas arrivée. Mais je crois pouvoir dire que le roman a été reçu différemment autour de moi... Des goûts et des couleurs... 

 

 

 

T.G

 

Voir les commentaires

commentaires

Grâce Minlibé 20/01/2016 18:45

je n'ai jamais autant ri en lisant une critique de livre. On voit bien que ce livre vous a carrément déçue. (rires) Je l'ai lu et j'ai été beaucoup intriguée par l'histoire. J'ai surtout apprécié son humour subtil. Comme vous le dites, les goûts et les couleurs....

Grâce Minlibé
Auteur de Chimères de verre

afrolitt 23/03/2016 22:15

Bonjour
Je te crois sans mal... J'ai acheté le livre pour faire plaisir à une copine qui était dans sa phase littérature sénegalaise...Elle a adoré.
Je l'ai ensuite lu et depuis....depuis quoi dans ma bibliothèqe.
En fait j'avais lu aussi un roman de Boris Aboubakar DIop juste avant et j'étais dithyrambique... ON va dire que Diwan a coupé net mon exploration du Sénégal but who knows...

Grâce Minlibé 20/01/2016 18:45

je n'ai jamais autant ri en lisant une critique de livre. On voit bien que ce livre vous a carrément déçue. (rires) Je l'ai lu et j'ai été beaucoup intriguée par l'histoire. J'ai surtout apprécié son humour subtil. Comme vous le dites, les goûts et les couleurs....

Grâce Minlibé
Auteur de Chimères de verre

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog