Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2016-12-30T00:57:11+01:00

"Lagos Lady" de Leye ADENLE

Publié par afrolitt
"Lagos Lady" de Leye ADENLE

Cher tous,

De retour pour un nouvelle présentation Afrolitts-styme...Au détour de la  Bibliothèque de mon patron, je suis tombée sur ce polar nigérian...J'en ai profité pour inscrire "Petit Pays" de Gaêl Faye et relancer sur "Notre Quelque part" de  Nii Ayikwei Parkes déjà demandé il y a un an. Alors où nous emmène Lagos Lady?

D’abord il faut dire qu’ils ne se sont pas foulés pour la traduction hein…Titre original de notre bouquin du jour « Lagos Lady ». Simple non? Mais bon facile à comprendre, parlant et tout à fait adapté au livre au final. Et forcement on se demande qui est cette dame de Lagos? Non? Moi si. En tout cas je peux vous dire que « Lagos Lady » c’est une histoire de femmes, une histoire de femmes dans une ville qui appartient aux hommes… La Ville, ici Lagos est-elle une femme ?No comment....

 

Lagos, de nos jours.

Un journaliste britannique se retrouve on ne sait trop comment dans un bar pas si bien famé de Lagos. Journaliste ? Lui –même n’est pas sur de mériter ce titre ? Britannique ? Entendez de nationalité britannique mais surtout blanc, peut-être blond mais aussi (d’abord et avant tout) bleu. Jamais mis les pieds au Sud de la méditerranée, qui ne connait de l’Afrique ou en tout cas du Nigéria que l’expérience d’avoir eu une petite amie métisse irlando-nigériane qui elle-même n’a jamais vécu au Nigéria.

On a du mal à comprendre dès lors pourquoi il a accepté de se rendre en mission journalistique dans un pays qu’il ne connait ni d’ Eve ni d’Adam avec lequel il n’a aucune attache mais on pressent l’ego du mâle blessé décidé à prouver à son ex que oui il peut s’en sortir hors de son micro confort londonien dont il n’est jamais sorti. Oui il peut aller en Afrique, dans son pays d’origine et en parler mieux qu’elle. Au fond on sent bien qu’elle en a rien a fichtre de ce qu’il fait l’ex. Mais que voulez-vous c’est dur à convaincre un amoureux qui nie l’être encore.

Bref, Guy, c’est son prénom est envoyé, ou plutôt supplie son boss tyrannique pour être envoyé, au Nigéria couvrir les élections présidentielles. Mais rien ne se passe comme prévu. Son contact sur place ne se pointe jamais, le quartier dans lequel il prend un verre se transforme en scène de crime où une prostituée est retrouvée assassinée et seins coupés, la police le prend pour un journaliste de la BBC et l’embarque avec les autres témoins trouvés sur la scène de crime…Vous l’aurez compris cette mission se transforme en merde astronomique et notre courageux journaliste soudain vendrait père et mère pour se retrouver dans son lit à Londres…

Mais c’est sans compter AmakaAmaka, rien que le nom dit la maitresse Femme. The Woman, ma « Lagos Lady »Amaka on ne sait pas vraiment qui c’est, à quel jeu elle joue? Avocate? Prostituée de haut vol? Lady maquerelle? Géniale comédienne ou ange gardien sincère des prostituées de Lagos, celles que j’appelle les «Lagos Ladies » ? Amaka c’est tout ça et c’est pour cela qu’elle fascine tous et chacun…Policiers véreux ne savent pas lui résister, politiciens lubriques la suivent les yeux fermés…journalistes inexpérimentés et un peu lâches sur les bords prennent des risques inconsidérés pour elle.

On suit donc nos protagonistes dans les quartiers les plus mal famés de Lagos, là où la prostitution se même sans cacher au grand banditisme, puis dans les tours d’ivoire de Lagos Island, l’île réservée aux happy few, où le taux de criminalité proche de 0 n’a rien à envier aux meilleures municipalités d’Europe mais où cette apparente sécurité n’empêche pas détournements de fonds, crimes rituels et corruption à haut vol. On passe par les restaurants, soirée chez l’ambassadeur et la moiteur des rues de Lagos, comme si vous y étiez…

Amaka arrivera-t-elle à découvrir qui tue si atrocement ces prostituées ? Guy échappera-t-il au courroux conjugué de la police nigériane et de son boss Londonien ? Survivrons-nous au suspense intense de ce policier mené tambour battant ? Vous le saurez en lisant « Lagos Lady » de Leye Adenle publié chez Métailié.

Ce roman court suit toutes les recettes du bon polar. Et clairement je n’étais pas étonnée de savoir que l’auteur travaille dans le cinéma : Un héros qui se retrouve dans une situation qui le dépasse, une beauté incendiaire engagée dans un sacerdoce dont elle sait mener la barque, de jolies femmes dont certaines sont victimes et d’autres ont décidé de ne plus l’être. Des voyous sanguinaires et des voyous tout aussi cruels mais beaucoup plus subtils. Une police corrompue et dépassée par les evènements, un rythme rapide, le roman se déroule manifestement sur moins de 5 jours. Bref, tout y est et cerise sur le gâteau, ceci se passe à Lagos. Et tout de suite cela nous parle : au lecteur européen, américain ou asiatique c’est l’exotisme de la ville africaine, du pays lointain dangereux mais fascinant. Pour l’afropéenne que je suis, c’est retrouver enfin raconter une mégalopole qui me fascine, en dire les bas-fonds même romancés, et chercher les parallèles et oppositions que je crois voir entre Lagos et Douala…Cela change des drames familiaux que j’ai usage de lire et même si son Roman traite d’un sujet grave et révoltant, Leye Adenle sais nous amener page après page dans son sillage pour ne fermer le roman que quand la dernière est atteinte…je vous le dis tout de suite vivement le tome 2…

Afrolitt

Voir les commentaires

commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog